Trois migrants naufragés ont été sauvés sur l’île d’Anguilla Cays, dans les Caraïbes. Le quotidien québécois, La presse, du jeudi 11 février 2021, et d’autres médias ont publié cette histoire extraordinaire et somme toute insolite. L’histoire concerne la mésaventure de deux hommes et une femme dont le navire a fait naufrage, entre la Floride et Cuba. Fascinés par le caractère héroïque, le courage et l’endurance des migrants naufragés, nous essayons de décrypter cette actualité.

Naufragés dans les eaux de l’Atlantique Nord

Suite à de mauvaises conditions de météo, trois migrants naufragés ont vu leur embarcation sombrer dans l’Atlantique Nord. Alors, ils n’ont pas eu d’autres choix que de pratiquer leurs connaissances en natation ! Et c’est à la nage qu’ils ont pu atteindre l’île déserte d’Anguilla Cays pour y trouver refuge. Les trois migrants naufragés (deux hommes et une femme), ont survécu la détresse pendant plus de quatre semaines. Après avoir passé 33 jours sans aucun secours, les garde-côtes américains ont finalement été alertés. Comment ? Ils ont aperçu une sorte de drapeaux agités demandant du secours. L’attention et la curiosité interpelées de l’équipe de service ont vite été interpellées. Il s’agissait, étonnamment, des personnes en détresse.

Des secours aériens sur l’île d’Anguilla Cays

La première réaction de l’équipe de patrouille des garde-côtes de la Floride a été le largage de l’eau. Ce geste aura évidemment donné une bouffée de sauvetage approprié aux sinistrés. Les garde-côtes se sont vite imaginés à quelle détresse d’eau le petit groupe d’inconnus était exposé dans un endroit inhabité !

La seconde chose, c’est que les sauveteurs ont tout fait pour entrer en communication avec les égarés. En hauteur, depuis l’hélicoptère, ils ont procédé au largage, cette fois-ci, d’un équipement de radio. Et ils ont compris exactement à qui ils avaient affaire.

Le jour suivant, une autre équipe de garde-côtes ont volé au secours. Elle a apporté aux trois réfugiés un rationnement humanitaire. Les deux hommes et la femme avaient déjà perdu la notion du temps, car ne sachant plus à quel jour ils étaient. Cela montre à quel point le trio était vraiment désespéré depuis plus d’un mois. Les trois migrants ont été repêchés de l’île d’Anguilla Cays par hélicoptère.

La séquence vidéo ci-contre permet de visualiser un peu de ce qui s’est passé ce jour-là. Sur les images de l’opération de sauvetage, postées par les garde-côtes, on distingue au sol notamment un abri de fortune. Les sinistrés ont été transportés dans un centre médical pour réellement se rassurer de leur sécurité, comme l’affirme le Parisien.

Que seraient devenus les trois migrants naufragés sans la natation ?

Après leur mésaventure, les trois migrants ont raconté qu’ils étaient partis de Cuba. Et ils voulaient visiblement, atteindre la Floride. Malheureusement, en faisant naufrage avec leur navire, les infortunés ont failli perdre leur vie. Certainement, il leur a fallu une expérience de natation pour survivre. D’ordinaire, ce genre d’escapade en mer nécessite de s’être bien prémuni à l’avance! Notamment, des équipements de sauvetage ne pouvaient pas leur manquer. Les aventuriers et autre voyageurs des océans prennent souvent les précautions qui s’imposent. C’est donc à la nage qu’ils se sont sauvés de l’attraction profondeur des eaux marines, jusqu’à l’île d’Anguilla Cays.  

Un séjour dans la solitude insolite de l’île déserte

L’île d’Anguilla Cays de l’Archipel des Bahamas est inhabitée. Elle même n’est autre qu’un archipel beaucoup plus proche de Cuba. Mais, malgré cette proximité, l’île d’Anguilla Cays fait partie du grand archipel des Bahamas. C’est là que les deux hommes et une femme si gracieux ont échoué et passé leur séjour inopiné.

Les rescapés ont affirmé n’avoir survécu qu’en se nourrissant de conques, de noix de coco, de mollusques et de rats. Aussi, n’ont-ils bu pour se rafraîchir que l’eau de noix de coco pendant 33 jours. De même, sur cette île, il n’y a habituellement qu’un paysage rocailleux, de la verdure et des palmiers ou cocotiers. C’est pour tout dire l’essentiel qu’offre ce relief solitaire. De temps en temps, l’île est survolée par les patrouilles policières de la Floride. Celles-ci sillonnent au-dessus de la mer, à la recherche des migrants – illicites ou perdus – vers les côtes des États-Unis.

Selon le témoignage des membres de l’équipe de secours, au second jour, la femme a fait de l’hypoglycémie. (Dans de telles conditions cela peut se comprendre. La femme reste l’être le plus faible). On pourrait dire que la Puissance invisible de Celui Qui veille toujours les a soutenus. Elle leur a procuré un climat assez favorable sur l’île. “Car Cantique des degrés. De Salomon. Si l’Eternel ne bâtit la maison, Ceux qui la bâtissent travaillent en vain; Si l’Eternel ne garde la ville, Celui qui la garde veille en vain” Psaume 127:1. Par coup de grâce, il n’y a pas eu autant de chaleur des îles Caraïbes en cette période de péril. Qu’auraient-ils fait si les cocotiers ne portaient aucun fruit pour étancher, tant soit peu, leur soif d’eau ? On dit souvent qu’en ne buvant que de l’eau, l’être humain peut survivre plus longtemps que sans eau ni nourriture.

Une grande capacité d’adaptation et de résilience des naufragés

Les trois migrants naufragés ont fait montre d’une grande capacité d’adaptation et de résilience à une nouvelle situation. On peut même supposer que c’est pour la première fois que ces citadins cubains ont dû manger des mollusques et des rats ! En face du péril, l’être humain est capable de se recréer extraordinairement des opportunités. Dès lors, comment ont-ils fait pour capturer les rongeurs (rats) dont ils se sont nourris ? Auraient-ils pratiqué de la chasse à l’arme blanche (projectiles ou piège) pour s’en sortir ?

La presse n’a rien décrit sur la méthode utilisée pour la petite chasse improvisée par les courageux héros du naufrage. L’un des officiers, le Lieutenant Justin Dougherty s’est dit très étonné de voir le caractère résistant de ces gens. Leur santé n’a pas du tout été détériorée, ni leur aspect déséquilibré, malgré le manque de nourritures appropriées.

Des interrogations qui subsistent encore pour les migrants naufragés cubains

À présent, on peut se poser quelques interrogations suivantes. Les trois migrants naufragés cubains, ont secoué les cœurs des gardes côtières. Ils ont aussi touché la pitié du monde. Au point qu’il y a de quoi s’interroger sur le sort réservé à ces réfugiés par les autorités américaines des services de l’immigration.

A en croire la presse américaine, les autorités cherchent entre autres à savoir également si les trois personnes ont été victimes d’un simple accident. Où tentaient-ils de migrer dans un autre pays, s’interroge le Parisien dans le même article.

Après avoir ainsi sauvé de justesse les trois migrants naufragés, seront-ils rapatriés vers leur pays d’origine ? Car en la matière, les services d’immigration font très souvent montre d’intransigeance.

En attendant, et c’est le cas de le dire, les migrants quittent un pays pour braver les périls des océans. N’ont-ils pas quelque chose de légitime et d’humanité à revendiquer au monde ? Dans le cas précis, que cacheraient les velléités de traverser des centaines de kilomètres de l’Atlantique Nord pour rejoindre la Floride ? Serait-ce pour un tas de sottises ? D’ailleurs, serait-ce pour la première fois que des individus risquent leur vie en s’évadant à travers des océans ? La plupart d’entre eux s’en vont à la recherche d’un certain eldorado. Peut-on affirmer que tel a été le cas pour les trois migrants naufragés d’origine cubaine ? Qui nous le dirait en toute précision ?

NOUS SOMMES ECLAIRMONDE

Hits: 14