Lorsque tout voyage, le voyage aussi voyage. Il passe, et n’est plus qu’un tas de souvenirs. Oui, le voyage lui-même voyage! L’être humain qui l’effectue voit se dérouler tous les phénomènes de voyages. Il en reste soit témoin oculaire, soit participant.

En effet, l’homme voyage physiquement. Et dans son imaginaire, la pensée individuelle et collective voyage aussi en permanence. Assurément, la matière n’est toujours plus la même en divers états. En même temps, les objets et les animaux de la nature mutent. Les peuples, les sociétés, les civilisations, etc. voyagent également dans l’espace et le temps.

A vrai dire, rien ne stagne dans ce monde, depuis la nuit des temps. Tout va d’un point initial à un autre point, et ainsi de suite.  Le temps passe irrattrapable, sans savoir où il s’en va en cycles.

Pendant ce temps, l’homme constate le mouvement intégral, consciemment ou inconsciemment. Ce voyage intégral englobe une sorte d’écosystème. Celui-ci constitue un ensemble de variables. Toutes réalités de voyages de diverses interprétations y participent.

En outre, une autre dimension du voyage intégral concerne l’homme. Ici l’homme voyageur marche sur la terre, physiquement et potentiellement, en route vers une cité éternelle. Lorsque tout voyage sur la terre, le visible et l’invisible voyagent communément.

En bref, quiconque incarne la vision d’Eclairmonde sera toujours le bienvenu. Il y trouvera un espace ouvert aux expériences du voyage intégral. Ce concept résume tous les voyages: l’humain, l’animal, le sociétal, le civilisationnel et l’écosystémique. De ce voyage, l’homme est tout témoin et parfois au centre de l’affaire.

Hits: 3