Quand l’exotisme séduit le goût des voyageurs en Afrique, les gourmets du safou se font un « bon appétit !». Alors le tourisme et la gastronomie peuvent faire bon ménage. Eclairmonde vous présente le safou, ce fruit si beau même à voir, et ô combien délicieux à manger!

Le safou est le fruit de l’arbre appelé safoutier, qu’on trouve en Afrique tropicale et équatoriale. Il est désigné par «prune» au Cameroun, et «atanga» au Gabon.  Il appartient à la famille des burseraceae, du genre : dacryodes et de l’espèce : edulis. Sa couleur est tantôt rose clair, bleu marine, bleu ciel, bleu sombre ou violet, etc. Sous l’effet de certains facteurs de l’environnement, sa peau peut revêtir un aspect ocre mat.

La consommation de sa pulpe apporte  une teneur énergétique élevée de 234 kcal (soit 978 kJ), pour 100 g de ce fruit oléagineux proche de l’avocat. Le safou est riche en lipides (22 %). Consommé en famille, il fait l’objet de commerce entre populations des pays concernés.

Le voyageur étranger dans ces pays (Angola, Congo, R.D. Congo, Gabon, Centrafrique et Cameroun) découvre la saveur du safou qu’il peut cuir à la braise, à l’eau bouillie, ou sur une plaque chauffante, et manger avec ou sans épices. Des gens préfèrent le manger crû en raison de son goût acidulé.

Le voyageur physique doit prendre des précautions et assurer un bon conditionnement lors du transport des safous (filets, caisses aérés). Des Africains de la Diaspora font ce trafic. Ils ciblent certains pays en Europe et en Amérique du Nord, où ils entretiennent des marchés et des restaurants. Le touriste d’Afrique Centrale peut goûter au safou et en devenir friand. Sa passion d’aliments exotiques l’enrichit de nouvelles expériences.

 

Hits: 17